Gestion du stress


Burn-out Tours

,

fatigue



Qu'est-ce que le stress ?

Le stress empoisonne l'existence, au propre comme au figuré : non seulement rend-il la vie désagréable, il rend malade. Selon le Dr Herbert Benson, du Mind/Body Medical Institute de l'université Harvard, environ 80 % des consultations médicales seraient liées au stress, d'une manière ou d'une autre. De même que 60 % à 80 % des accidents de travail, selon l'American Institute of Stress.

Aujourd'hui, le mot figure dans les conversations courantes, même chez les enfants, mais il porte souvent à confusion. Est-ce que les choses m'apparaissent comme une montagne parce que je suis stressé, ou est-ce l'inverse ? Le stress est-il dans les exigences de mon travail ou dans ma tête? Est-ce que je m'inquiète trop ?

« Si je pouvais relaxer, disent les principaux intéressés, c'est certain que je ne serais pas stressé! » S'il est de l'ordre du possible d'apprendre à mieux résister physiquement et mentalement au stress, et même de le transformer en bon moteur de vie, cela exige néanmoins de se donner le temps de le faire.

Dernières pathologies traitées par NaturéVal thérapeute :

cholestérol

,

stress

,

fatigue

,

dépression

,

burn-out

,

rupture physique

,

anxiété

,

émotivité

,

hypersensibilité

,

nervosité

,

essoufflement

,

agressivité

,

crise de panique

,

crise d'angoisse

,

confiance en soi

,

insomnie

,

malaise vagal

,

agoraphobie



Les trois composantes du stress

Quand on parle de stress, il y a forcément les trois éléments suivants, agencés selon des combinaisons extrêmement variables :

L'agent de stress, ou sa source : un stimulus d'ordre physique, mental, social ou émotionnel survient auquel il faut s'ajuster. Le stimulus peut être mineur (contravention) ou important (déménagement), positif (un mariage) ou négatif (un conflit), exceptionnel (une intervention chirurgicale) ou constant (un horaire trop chargé), prévu (un examen) ou inattendu (un accident), etc. Mentionnons aussi que le stress peut être d'ordre physiologique, et causé par des événements comme un médicament, une blessure ou un coup de froid, puisque l'organisme doit modifier sa chimie pour y réagir. Le manque de stimulation peut aussi créer du stress. Mais on se préoccupe surtout, aujourd'hui, du stress lié au mode de vie et plus particulièrement du stress psychologique.

La réaction de stress. Lorsque le cerveau sonne l'alerte, des réactions physiologiques immédiates - comme l'augmentation du rythme cardiaque, la constriction des vaisseaux sanguins et la montée d'adrénaline – assurent que le corps puisse réagir à la situation. S'ils persistent au-delà du temps nécessaire pour « fuir le tigre ou l'assommer », ces mécanismes donnent lieu à des malaises physiques et psychologiques : les symptômes de stress.

L'attitude. L'intensité de la réaction de stress dépend du message envoyé par le cerveau aux glandes endocrines, et donc de la perception qu'a l'esprit du stimulus en question – le fait de le voir comme plus ou moins dangereux, exigeant ou contraignant. Par exemple : un retard de cinq minutes ne crée généralement pas de stress, sauf si on pense qu'on va rater le train, ou si le cerveau imagine un autre scénario catastrophique - ce qui peut être le cas si notre éducation nous a férocement dressés à la ponctualité. Une attitude négative ou des attentes irréalistes donnent également lieu à des problèmes de stress.

En somme, le stress est une réaction réflexe, tant psychologique que physiologique, de l'organisme devant une situation difficile qui demande une adaptation.

Les symptômes du stress

Les symptômes physiques Les symptômes émotionnels
et mentaux
Les symptômes comportementaux

-

les tensions musculaires


-

les problèmes digestifs


-

les problèmes de sommeil


-

les problèmes d'appétit


-

les maux de tête


-

les vertiges


-

le souffle court


-

la fatigue


-

l'agitation


-

l'irritation


-

l'indécision


-

l'inquiétude


-

l'anxiété


-

le manque de joie


-

la mélancolie


-

la baisse de libido


-

la difficulté à se concentrer


-

la faible estime de soi


-

la perception négative de la réalité


-

la désorganisation


-

plus de difficulté dans les relations


-

l'absentéisme


-

la tendance à s'isoler


-

l'abus de télévision


-

la consommation accrue de tabac, de caféine, de sucre, de chocolat, d'alcool, de drogues


-

l'évitement des situations exigeantes



Sympathicothérapie

ou Comment appréhender son stress au quotidien ?
Méthode thérapeutique pour une nouvelle approche de la gestion du stress et aux problèmes de santé chronique.

Définition : la

nasosympathicothérapie

, ou encore thérapie par les touches nasales,

Rhino-réflexologies

,

Centrothérapie

ou pour finir

stress nasal

.
C’est une méthode thérapeutique utilisant les

zones réflexogènes

endo-nasales

pour corriger les déséquilibre S.N.V .et les troubles associés, chroniques et fonctionnels. Stimulations par des agents physiques de la muqueuse des fosses nasales pour obtenir à distance une action curative sur une région quelconque du corps.

Généralité

Cette technique consiste à stimuler l’intérieur du nez au niveau de certains points répartis sur 3 zones : inférieur, moyenne, supérieur. Elle agit à distance, comme toute

réflexothérapie

, au niveau d’un organe ou d’un groupe d’organe. Le matériel utilisé est un stylet métallique souple, terminé par une pointe ronde. Le praticien pratique ainsi à des « touches nasales ».

Historique

Origine égyptienne et tibétaine.
Hippocrate : pratiquait l’éternuement dans des pathologies ou symptômes spécifique ainsi que le nettoyage du nez.
Bonnier (1895) : décrit pour la première fois des

zones réflexes endonasales

(centrothérapie)
Technique reprise vers 1920 par le DR Koltz-Guérard et le DR Gillet
Dr Leprince (1930) ORL Ostéopathe : traité de

réflexologie


Gestion du stress
Notre Cabinet de Thérapeute Naturopathe reçoit en consultation uniquement sur rendez-vous
Gestion du stress - Iridologie - Réflexologie - Nutrithérapie - Naturopathie - Mentions légales - Siret : 798 856 514 00012